Partagez | 
 

 Lucifer, l'Autre Unique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


MessageSujet: Lucifer, l'Autre Unique.   Lun 15 Déc - 12:18


Lucifer




❯ FEAT :Heise
Carte d’Identité

Lucifer est un Démon qui erre sur ce nouveau continent depuis 2489 années. Il fait cependant allégeance aux ... Vraiment ? Il fait allégeance à personne. Merci. Il est influencé par ses humeurs, ses envies, sa frustration.

❯ ORIGINE : Angélique
❯ DATE DE NAISSANCE : il y a 2489. Après, un jours, un mois... quelle importance ?
❯ CLASSE SOCIALE : Probablement l'un des plus riches des enfers.
❯ ORIENTATION SEXUELLE : Les femmes m'ennuient. D'ailleurs, dans mon souvenir... il n'y avait pas de femmes au paradis. Cela répond à la question ?
❯ SEXE : Masculin. Normalement.

❯ POUVOIRS :


Polymorphie supérieure : C’est une douleur atroce qui ravage le cerveau durant tout le processus. Une douleur bienvenue qui, au file du temps, est devenue contrôlable. Elle fait partie de la chose et... est bien utile. Je peux changer de couleur de cheveux, changer de taille et de morphologie. Pour ce qui est de changer de sexe, c'est également possible. Et bien amusant. Ainsi changer d'apparence est devenu un passe temps, si bien que peu ont gardé souvenir de mon apparence d'origine. Vous savez... celle qui était louée pour sa beauté et sa grandeur. Celle créée pour le Seigneur.

Contrôle des flux : Oui, dit comme ça, cela paraître assez étrange et nébuleux. C'est en vérité assez simple même si passablement épuisant. Dans une moindre mesure, je peux changer légèrement la direction du vent, pratique lorsqu'une flèche me vole droit dessus... Sinon c'est surtout le contrôle des flux liquides. Eau et sang principalement. Le reste, je ne vois pas bien à quoi cela me servirait. Le sang et l'eau n'est pratique finalement que lors d'un combat ou je peux momentanément immobiliser quelqu'un, le faire souffrir en changeant simplement le sens de circulation... et manipuler le liquide lorsque celui-ci est à l'air libre. Ce don est certes dévastateur mais il demande une énergie et une concentration maximale et un abus me donne généralement de grosses migraines par la suite.

Illusions : Pas pour rien que je sais mentir à la perfection, pas pour rien que jusqu’à présent, personne n’a encore réussi à me tuer définitivement. Ce don, je le maîtrise à la perfection, sans que cela ne me demande plus d’effort que cela, sans me fatiguer à outrance. Certes, si j'en abuse, je sentirai quelques effets secondaires, tels que la fatigue ou de légers tiraillements, mais rien de bien grave. Mine de rien, ce pouvoir est très puissant, et malgré le fait que cela ne soit « que » des illusions, je peux tuer avec. C’est un jeu d’enfant pour moi. Dès que je vois la personne, elle est sous mon « emprise. » La voir une seule fois suffit. Et je peux directement faire croire à votre esprit qu’il subit telle ou telle chose. Le cerveau, l’esprit en sera persuadé, et si je vous fais croire que vous êtes blessés alors que vous n’aurez rien, vous serez tout de même persuadé de souffrir.



L’ombre se lève, le masque tombe et je me révèle à vos prunelles incrédules. Oui je suis bien un être vivant ou plutôt un déchu. Une créature maudite depuis sa naissance, du moins, c'est ce que je me plait à croire aujourd'hui. Le tout premier Ange qu’ai engendré le Seigneur. Oui cette enveloppe charnelle possède un cœur… mort, inutile, un cœur qui n’a plus de raison d'aimer et qui ne battra jamais pour cela. Un être fait de chair et de sang, un sang froid qui n’a plus énormément d’utilité, si jamais il en a eut un jour. Oui, définitivement, je suis une créature sortie tout droit d’un songe, un cauchemar ambulant. Le messager de la mort. Ce qui est ironique, vu que le cavalier est censé être sous mes ordres. Mais ne nous attardons pas là dessus.

Ma beauté n’a de limite que celle de l’irréalité. Je suis un outrage à moi tout seul, une indécence, un appel à la luxure, aux stupres les plus vils. Je suis un être qu’on remarque tout en n’en croyant nullement ses yeux. On pense rêver en me voyant. Mais ne soyez pas si dubitatifs… Je suis réel, pour votre plus grand désespoir. Enfin… Pour être plus précis, et puisque c’est demandé si gentiment, je vais me décrire. En essayant de rester le plus fidèle possible à la réalité. Vous vous doutez également que je laisserai mon avis couler dans cette description, mon avis et celui de mes victimes.

Vous savez donc que je suis un Ange et que je possède la beauté qui leur est dû. Une beauté éternelle dont les chaînes du temps n’ont aucune emprise, si ce n’est renforcer ladite beauté. Mon corps est figé dans la jeunesse, pour mon plus grand bonheur. Je dois mesurer dans le un mètre quatre-vingt pour un poids excellent. Mon corps est finement musclé et ne laisse aucunement présager quelle est ma véritable force. Des courbes qui invitent à la débauche, qu’on désir regarder, toujours et encore plus. Un corps envoûtant, fait pour séduire. Ma peau est d’une douce pâleur, ni maladive, ni cadavérique. Juste une peau pâle, comme celle des nobles, peut-être plus nacrée que ces derniers mais cela n’enlève rien à mon charme. Cette même peau qui au touché est d’une douceur sans pareille. On aurait bien difficile à croire que c’est la chair d’un homme que l’on caresse.

Passons à présent à mon visage, ce faciès si délicat aux traits si innocents, si clairs. Les traits d’un enfant à peine entré dans l’âge adulte. Mais ne vous fiez pas aux apparences, je suis un trompeur… Ce visage n’est autre que celui du mal absolu. Je sais juste cacher mes émotions à la vue des autres… Charmer est une chose, tromper une autre… et je sais faire les deux à merveille. Mes yeux sont d’une couleur changeante, gardant toutefois cette teinte rubis. Un rouge qui s’éclaircit selon le temps, mon humeur et bien d’autres conditions encore. Une couleur magnifique, envoutante. On dit que les yeux sont les miroirs de l’âme, on ne voit rien se refléter dans les miens, juste un fond sans limite dans lequel on peut aisément se perdre. Cela veut-il dire que mon âme a déserté ce corps ? Non, cela veut juste dire que je suis parvenu à balayer toutes émotions incongrues de mon visage…

Mes lippes s’étirent souvent en des sourires charmeurs, moqueurs… doux comme séduisants… Je leurs fait prendre la signification que je veux dans la situation qui le veut. Chacun de ses sourires est d’une fausseté outrageante… mais cela, personne ne peut le savoir, sauf ceux qui me connaissaient fort bien. Des reines mères qui ont été capturées un nombre incalculable de fois, mordillées, embrassées. Des lèvres qu’on désire capturer à jamais pour les cacher de la face du monde, afin que plus personne ne puisse en prendre possession.

Ce visage fin mais néanmoins masculin -quoi qu'en serait en droit d'en douter, vu ma "légère" androgynie. Le seigneur a sérieusement dû hésiter en me créant... -  est encadré par une chevelure ébène, plus sombre encore que la nuit, une chevelure d’une longueur impressionnante. Je me suis amusé dans mes moments d’ennuis, à tresser des mèches, à disposer dedans, de petits bijoux, des anneaux d’or blancs, et des perles d’un bleu céruléen. Saphir. Vous trouverez également des plumes bleutées, émeraudes et topazes jaune, touche de couleur dans cet océan de vermeil. Des cheveux que je laisse généralement lâchés, préférant les laisser flotter au gré de mes pas et à la volonté d’une brise légère. Des cheveux qui s’éparpillent en de mèches folles, cachant souvent la rougeur de mes prunelles.

J’ai des mains fines, des doigts longs et fins également. Des mains qu’on ne penserait pas habituées à tenir une arme, à être remplies de sang. Et pourtant… Cela effraierait bien des gens que de savoir combien de personnes ces menottes ont assassinées.

Ma voix est celle de la damnation, douce, veloutée, mélodieuse et raffinée, comme pouvant être d'une froidure insoupçonnée, cruelle.

Pour finir je possède deux tatouages, un au niveau de l'aine, côté droit, et un à ma nuque, à la naissance des cheveux, proche de l'oreille. Caché donc.




• Fantasmes : Je peux avoir toute une panoplie de fantasme, faut juste avoir l’imagination pour. Et franchement, en étant déchu, je ne peux même plus avoir honte de dire qu’être attaché est extra, sentir des cordes mordre les chairs et voir un fin filet carmin s’écouler… et puis l’odeur métallique qui chatouille les narines… Pardon… Je m’égare. Ceci n’est qu’un délire, une chose que j’apprécie faire ou subir. Le fantasme le plus récurent chez ma pauvre personne concerne les pieds. Dis comme ça, rien de bien glorieux… J’aime les chevilles et les pieds. Ouais. Mais ce que j’aimerais surtout, c’est voir le monde aux miens, qu’on me les baise avec déférence et soumission pour que je puisse ensuite le balancer dans le nez de la personne et le lui briser. Hum. Je m’égare encore, pardonnez-moi.
• Point faible : Mon plus gros point faible est sans doute cette faille, ce passé angélique qui revient parfois dans les heures les plus inattendues et inappropriées. Difficile de tirer un trait sur le passé alors que la condition actuelle est intiment liée aux choix passés.
• Points forts : Autant mon intelligence que ma beauté. Ma force également et mon habilité à mentir sur tout et n'importe quoi. Mes pouvoirs, il serait stupide de ne pas les énoncer.
• Passions : L’une de mes plus grandes passions est l’art et la beauté des choses. J’aime particulièrement la peinture et la musique. Je suis d’une étonnante douceur lorsque je joue. Je me montre sous un autre jour, une autre facette de moi. Mais je fais cela uniquement lorsque je suis seul afin de garder secret cette sorte de faiblesse. J’aime aussi lire. Les plaisirs de la chair… Disons qu’avec le temps, j’ai appris à me modérer afin de profiter pleinement de la personne qui se trouverait dans mon lit. C’est un honneur après tout, de partager ma couche et d’en sortir vivant.
• Orgueilleux : Forcément... Il paraît que c'est l'un des problèmes qui conduisit à ma chute. Je n'y croit pas tellement. J'ai toujours été parfaitement conscient de ma valeur et personne n'a jamais rien trouvé à y redire avant que le créateur ne décide que le monde n'était pas assez peuplé. Fort, beau, intelligent, la plus belle création jamais réalisée par Dieu, jamais égalée, toujours vivante. N'ai-je pas le droit de me sentir fier de tout ça ? N'ai-je pas le droit de... prouver et dire à tous ce que je suis ?
• Susceptible : Ah. Oui. Depuis... mon renvoie, c'est un peu le problème. Je n'aime pas que l'on puisse me faire une remarque, j'ai tendance à... prendre la mouche. C'est une attaque personnelle, un refus de croire en ma personne, un désir de me blesser. Seules quelques rares connaissances peuvent risquer de blaguer sans que je ne leur prouve combien je ne supporte pas les réflexions douteuses.
• Aimant... ? : Bon. Je fus un ange. Je suis déchu. Je l'ai dit, j'en garde quelques traces. On peut bien prendre plaisir à détruire et entraîner le chaos, n'empêche que j'ai encore "un bon fond". Et le souvenir d'avoir aimé d'autres que le Très Haut. Je me souviens de Gabriel par exemple. Je me souviens de sa proximité et de sa colère en apprenant ma chute. De ce qu'il fit à Bélial. Si je lui ai pardonné ? Sans doute. A la guerre comme à la guerre. Et je l'ai suffisamment souillé que pour ne pas lui en vouloir. Mon seul regret ? Ne pas avoir su l'emmener avec moi dans la Chute.
• Colère : Si la plupart du temps je sis calme et mesuré, capable d'analyser une situation pour... en sortir tout ce ont j'ai besoin, je ne suis pas exempt de tout sentiment de colère. Et généralement mes éclats son mémorable, ma voix habituellement si douce et délicieuse, devient du venin. Et mieux vaut vraiment que vous soyez de taille à me résister, mais aussi à me calmer. Sinon je ne donne pas cher de votre peau.
• Luxure : Inutile de le nier. Je ne suis ni le démon de la luxure, ni la luxure elle-même, mais je n'ai rien à leur envier. J'aime les plaisirs de la chair, j'aime coucher avec les autres et caresser leur corps, tout comme j'aime les voir extatiques et perdus dans les limbes du plaisir. Je suis endurant pour cela, mes partenaires doivent bien être conscient de ce en quoi ils s'engagent. Je peux bien les choisir pour une nuit, comme pour la semaine ou le mois. Tant que je ne suis pas lassé, tant que mon corps est avide de l'autre... Je demanderai.

« Contre toi et toi seul j’ai pêché, ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait. » Psaume 51 du miserere




Et le Seigneur créa les anges. Il dota le premier d'une grande intelligence, d'une grande bonté et d'une humilité à toute épreuve. Il était la beauté, comme son père avant lui, et il rayonnait. Il était l'Eclat, la plus belle création. La lumière. Et Dieu lui donna un nom : Lucifer. Le premier d'entre tous. Chef incontesté de la cour qui peu à peu se remplit de la main de Dieu, je fus celui qui approchait le plus le Seigneur, celui qui le comprenait, celui qui était le plus parfait de tous les êtres. Le plus aimant après Dieu également. Même si cette tâche fut dévolue à un autre. Peut-être le seigneur prévoyait-il autre chose pour moi ? Peut-être me prédestinait-il à quelque chose de plus grand. Peut-être, finalement, n'avions-nous été que des pions dans la paume d'un enfant capricieux. Plus j'y songe, plus j'enrage, plus je me sens berné, bafoué. Je soupire en songeant que peut-être tout était prévu et que le Seigneur était parvenu à me dissimuler ses desseins. Parce que je n'aurais jamais accepté la destinée à laquelle il me prédestinait. Qui aurait accepté de subir pareil châtiment ? qui aurait accepté de se faire lyncher, répudier, humilier ? Il avait besoin de quelqu'un pour les hommes, quelqu'un qui leur permettrait de s'élever puisque les hommes ne sont que des hybrides. Des êtres non spirituels qui ont besoins d'avancer, de faire des choix. Sans quelqu'un pour obliger à faire des choix, sans opposer des choix, l'homme n'aurait aucun mérite à son élévation. Ainsi, je fus tout désigné. Puisque j'aimais sans considération, puisque j'aimais et portais la lumière, quoi de plus normal que je puisse en faire autant avec son pendant démoniaque ?

Mais je vous invite à songer à une petite question, mes très chers amis... Si je suis la tentation, celui qui vous oblige sans cesse à faire des choix, celui qui se cache dans votre ombre pour mieux vous damner... qui m'a tenté moi ? Il est bien dit "ne nous soumets pas à la tentation". Cela veut bien dire que le Seigneur peut tenter. Et il l'a fait. Il l'a fait de la plus odieuse des manières.

Lutter contre ce destin qui m'a fait tomber, lutter contre cette perpétuelle interrogation, suis-je réellement la marionnette de Dieu ? A-t-il réellement fait de moi ce qu'il voulait depuis le début, et continué-je à faire ce qu'il désire en faisant perpétuellement le mal autour de moi ? Ainsi Dieu créa les hommes. Des êtres incapables de connaître bien et parfaitement. Il a fait des créatures imparfaites, dites magnifiques dans leur incomplétude. Incapable de reconnaître sa présence et tout juste bon à croire. Et encore faut-il qu'ils étudient, aient foi, et j'en passe. Dieu créa les hommes, capable de s'élever avec de l'aide mais incapable de se détacher de leurs corps. Des êtres sans importance. Quoi de plus normal de douter de l'homme. Il est faible, il est démuni. La première femme, Lilith, fut d'ailleurs un échec aux yeux du Seigneur. Une perfection aux miens. Libre, sans contrainte, magnifique. Mais répudiée parce que trop libre. Cela aurait dû nous mettre la puce à l'oreille. Et bien que doutant, nous avons continué de regarder l'évolution de cette faible créature. Mais voilà que le Seigneur désire s'unir à l'Homme pour le guider, pour lui apprendre et lui donner l'Illumination. Voilà qu'il veut se rabaisser pour que sa création imparfaite devienne parfaite. Quelle hérésie... J'ai beau regarder ce monde, j'ai beau trouver la nature exceptionnelle, je ne vois pas l'utilité de tout cela en voyant ce que nous avons au paradis. Je continue de m'interroger, je parle, je questionne, j'insinue le doute dans le cœur des anges. Si l'Ange le plus proche du Seigneur ne le comprend plus... n'ya a-t-il pas un problème ? Si Lucifer lui-même ne cautionne pas cette création, alors qui le pourrait ? Mais la vérité ne tarde pas à éclater : Si Dieu s'unit à l'Homme pour qu'ils ne fassent plus qu'un, alors Dieu deviendrait inférieur aux Anges. Et il n'aurait plus sa place ici.

Dieu est faible ou le deviendra. Dieu est dans l'erreur. Et j'ai été créé dans la lumière, j'ai été créé dans la bonté, dans la vérité. Et je la vois : Dieu est dans l'erreur. Il a fait une monumentale erreur. Il est trop bon, donne trop de chance à ses inférieurs. C'est intolérable. Michaël à bien tenté de me calmer, de me redonner confiance, il m'ordonne, à moi, le Premier, le Parfait, de ne pas chercher à comprendre ! mais de simplement accepter. Je suis le plus intelligent des anges, non ? Je suis celui par qui les hommes doivent passer. Je suis la Lumière, et je l'apporte aux Hommes. Ainsi est censé être mon nouveau devoir. Plus seulement guider les autres, mais également ces cancrelats répugnants. Le mal est fait : Dieu a insufflé la haine en mon cœur.

Mais tout cela découle de cette phrase maudite, celle qui fut donnée à l'apparition de Lilith : "Voici votre Seigneur et voici votre Reine." Comment pouvais-je adorer une si faible créature ? Aussi belle et intelligente soit-elle, je ne pouvais cautionner cela. Pourquoi Dieu ne m'avait-il pas choisi moi, créature la plus parfaite, pour cette union hypostatique ? J'aurais apporté la finition, j'aurai apporté la dernière perfection ! Je refusai donc d'adorer.

Mais Dieu n'oblige pas à aimer. Dieu nous laisse la liberté. Seulement je suis séraphin, je suis le Premier. Et ne pas aimer est impossible. Les autres se demandent en voyant mon doute, mon débat : faut-il adorer ? faut-il les aimer ? L'adoration de Michaël me parut grotesque. Il se prosterne devant la femme et le Seigneur, imité par bien des anges. Mais les autres hésitent, ils voient mon doute, et ils doutent également. Moi, l'être parfait, je refuser de m'abaisser à ça. A ramper devant une adoration qui me paraît viciée et souillée. Je suis leur Prince. Celui qui les écoute, les aime, les conseille. Et je ne peux me prosterner devant la matière, devant l'incomplétude et l'imperfection. Le faire serait renoncer à mon droit, à la Beauté, à la perfection, à la Grâce.  



Yeah Geek Power !!!

Pseudo : texte ici.
Tu as quel âge ? 22 ans
Tu nous a trouvé où ? On m'en a parlé
Et t'en penses quoi ? Beaucoup trop de prédef. Cela laisse peu de choix "forts" aux autres inscrits. Fiche de présentation... douloureuse pour les yeux. Mais ça engage que moi. Le contexte est original.
T'as un autre compte ? Lequel ? Non
Mais encore ? *o* /
© Never-Utopia © code réalisée par Koalz

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Lucifer, l'Autre Unique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sois unique. Sois vrai. Sois toi-même car la vie est trop courte pour que tu sois quelqu'un d'autre.
» Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre.Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde... [Livre I - Terminé]
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» HAITI YON PARADI OU YON LANFE AVEC R G P POU LUCIFER ????
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Between Heaven&Hell ::  :: » Les Registres du Conseil-